Berenice ABBOTT (1898-1982)

Lot 55
Aller au lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 6 500EUR
Berenice ABBOTT (1898-1982)
Portrait de Jacques-André Boiffard, vers 1925
Épreuve gélatino-argentique originale, signée au crayon «Berenice» dans un coeur sur l'image
22 x 14,8 cm
Portrait of Jacques-André Boiffard, vers 1925
Original gelatin-silver print, pencil signed “Berenice” into a heart on the print 8.67 x 5.83 inch.
Note:
Berenice Abbott avait rencontré Man Ray une première fois à New York en 1920. Elle était alors sculpteur, et il réalisa un portrait d'elle (grâce auquel il remporta son premier prix de photographie). Installée à Paris dès le mois d'avril 1921, elle rencontre à nouveau Man Ray en 1923, alors que celui-ci connaît déjà un grand succès de portraitiste. “Affamée” selon Man Ray, elle devient son assistante pour survivre. Elle ne connaît alors rien à la photo. Deux ans plus tard, elle ouvre son propre studio de portraits. Man Ray lui présente Eugène Atget, dont l'oeuvre la marque profondément. De retour aux Etats-Unis en 1929, elle se lance dans le reportage et fait de New York un portrait systématique inspiré d'Atget, dont elle avait racheté le fonds (qu'elle valorise ensuite aux Etats-Unis).
En 1924, entre un deuxième assistant dans l'atelier de Man Ray : Jacques-André Boiffard, qui travaille avec lui jusqu'en 1929 (date d'arrivée de Lee Miller).
Cette photographie est donc prise probablement au moment où les deux jeunes gens travaillent ensemble chez Man Ray.
Berenice Abbott met Man Ray for the first time in New York in 1920. At the time she was a sculptor, and he made a portrait of her (for which he won his initial first prize for photography). She moved to Paris in April 1921 and met Man Ray again in 1923, when he was already a successful portrait artist.
«Starving» according to Man Ray, she became his assistant to make ends meet. She knew nothing about photography at the time. Two years later, she opened her own portrait studio. Man Ray introduced her to Eugène Atget, whose work had a profound effect on her. Back in the United States in 1929, she started to work in journalism and photographed the city of New York inspired by Atget, whose collection she had bought (and later promoted in the United States).
In 1924, a second assistant joined Man Ray's studio: Jacques-André Boiffard, who worked with him until 1929 (when Lee Miller arrived).
This photograph was probably taken when the two young men were working together at Man Ray's studio.
Provenance :
Collection Edmonde et Lucien Treillard, Paris
Bibliographie :
C. Chéroux et D. Amao, Jacques-André Boiffard, la parenthèse surréaliste, Centre Pompidou, Xavier Barral, 2014, p. 27 (cet exemplaire).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue