Jean Baptiste OUDRY (Paris 1686 - Beauvais 1755)

Lot 31
Aller au lot
Estimation :
40000 - 60000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 62 000EUR
Jean Baptiste OUDRY (Paris 1686 - Beauvais 1755)
Le loup et l'agneau Toile Signé en bas à gauche JB. Oudry 49,5 x 61 cm
Madame Karen CHASTAGNOL a confi rmé l'authenticité de cette oeuvre sur la base de l'original.
Note :
- Un dessin au crayon noir de Oudry pour la Tête de loup (18 x 25 cm) est conservé au musée d'Orléans (voir
Dessins Français du musée d'Orléans, Paris, Musée du Louvre, 1975 - 1976, n°81, reproduit).
- Un dessin pour la composition au crayon noir et blanc est conservé au musée de pontoise (voir catalogue
OUDRY, 1982 P. 219 fi g. 120b)
- Le dessin de pontoise préparatoire a notre tableau présente sur la gauche l'Aile de l'Horloge du Château de Bellevue, montrant que la composition doit être en rapport avec les quatre dessus de porte d'Oudry représentant les Fables de la Fontaine exposés au Salon de 1750. Ces quatre tableaux avaient été peints pour la salle à manger du Château de Bellevue appartenant à Madame de Pompadour. Ces tableaux ne durent pas plaire à Madame de Pompadour et ont aujourd'hui disparus. Notre tableau, et le dessin de Pontoise, sont probablement la seule trace de cette commande prestigieuse.
Oudry est l'illustrateur le plus célèbre des Fables de La Fontaine. Il dessine entre 1729 et 1734 tout un cycle de dessins pour l'édition parisienne en quatre volumes in - folio des Fables de la Fontaine, qui ont servi de base à des estampes publiées entre 1755 et 1760, et plusieurs séries indépendantes de peintures.
On connait de lui également plusieurs tableaux ayant pour sujet des fables de La Fontaine ; Le lion et le moucheron (1732, Stockholm, National Museum), Le renard et la cigogne, et Le singe et le chat.
- Notre tableau illustre la Fable X, Le Loup et l'Agneau, dans laquelle un agneau étanche sa soif dans une rivière, et est confronté à un loup en colère qui l'accuse d'invasion. Le jeune et intelligent agneau réfute point par point les accusations du loup, jusqu'à ce que le loup le traîne dans les bois et le mange. «La force a raison», observe La Fontaine. «Le verdict revient aux plus forts.»
Le sujet a souvent été traité par Oudry en dessins et peintures. Citons le tableau peint en 1747 pour l'appartement du Dauphin à Versailles. Un tableau très semblable au nôtre se trouve au musée du Puy, un autre au musée la Cour d'Or à Metz - signée et datée 1751 -, et un autre vendu chez Christie's, New - York, le 31 janvier 2013, n°217. D'autres versions sont documentées ou passées dans les ventes du XVIIIe siècle.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue