Henri DIMIER (1899-1986)

Lot 181
Go to lot
Estimation :
300 - 350 EUR
Henri DIMIER (1899-1986)
La marmite volante, avril 1966. Encre, crayon et pastel sur papier kraft, signé, daté, titré et dédicacé en bas à droite. 51,5 x 23,8 cm (à vue) J'ai rencontré Henri Dimier par Didier Malherbe à l'époque où nous animions avec Henri Poncet et Alain Degange une revue dans l'Ain. C'est devenu plus tard la Polygraph (qui éditera dans les années 2000 une suite de dessins d'Henri Dimier). Henri Dimier nous recevait dans une vieux manoir de famille, en Savoie. Il alliait une fantaisie certaine, nimbée de surréalisme, à des manières très aristocratique qu'il avait héritées de Louis Dimier, son père, l'historien d'art, réinventeur de l'École de Fontainebleau. Henri Dimier avait été très proche des Ballets Russes, d'Igor Markhevitch et de Jean Cocteau. Il se préoccupait fort peu du devenir de son art et consacrait le meilleur de son temps à ses spéculations intellectuelles et à ses amis. J'ai organisé avec lui une exposition au Musée des Sables D'Olonne et une autre dans les musée de Nice. De nombreuses oeuvres de lui sont entrées dans les musées. Patrick Bokanowski vient de faire une donation importante de ses oeuvres au musée de l'Abbaye Sainte Croix des Sables d'Olonne. Quant à moi, j'ai fait en sorte que des donations aient récemment lieu dans des musées français par la famille, avec la complicité de Catherine Paupert.Les oeuvres que je détiens seront données au Musée de l'Abbaye Sainte Croix des Sables d'Olonne et aux musées de Nice
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue